mardi 3 juillet 2007

Isolement

Une lumière derrière la porte. Ça fait combien de jours, combien de mois, combien d’années que j’attends qu’une chose aussi simple que celle-là arrive : une lumière derrière la porte ? Mes habits sont en lambeaux, ma barbe a poussé. Non, je n’ai pas rêvé tout ce temps passé. Je ne suis pas dans un cauchemar. C’est bien la réalité. Je ne sens plus ma crasse. Elle doit être effroyable. Mais eux, eux qui me tiennent ainsi enfermé dans le noir total, ça ne doit pas les gêner. Je n’ai jamais pu savoir d’où ils viennent, ni à quel moment, ceux qui m’apportent ma nourriture. Ils doivent profiter de mon sommeil …. J’aurais dû compter depuis le début le nombre des repas. . . . . . . . Il y a trop de choses qui manquent à mon histoire . . . . . . . . . . . . . . . . Je deviens fou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . une lumière derrière mon sommeil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . j’aurais dû compter le nombre de portes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ça fait combien de crasse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . repas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . fou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .










_uacct = "UA-1121645-1";
urchinTracker();>
Lien

Annuaire des blogs - Dictionnaire des reves - Annuaire féminin http://www.les-blogs.info/gestion/in.php?url_id=945

1 commentaire:

raton laveur a dit…

Très beau texte, j'aime bien votre style. Bonne fin de journée.