mardi 29 mai 2007

Le compte est bon

Le docteur Lenoir regarde avec inquiétude le petit Paul. Il n’arrive pas à établir le contact avec cet enfant de huit ans si ouvert d’habitude et qu’il voit tous les six mois pour une visite de routine. Sa mère, la belle madame Legendre, est manifestement très inquiète. Ses yeux verts qui font en temps ordinaires l’admiration du docteur Legendre ont perdu tout leur éclat. Ils guettent les réactions du médecin de famille, ils implorent de sa part des propos rassurants.

Sur les genoux de madame Legendre est ouvert le cahier où depuis une semaine et demi -une semaine et demi, docteur- Paul inscrit ses seuls contacts avec le monde extérieur : 2155, 5317, 8932, …. Une série de chiffres qui ont remplacé toutes les paroles, tous les rires, tous les jeux. A l’école c’est pareil. L’élève éveillé et enjoué s’est refermé comme une huître. Il semble complètement englouti dans ses pensées intimes. De temps en temps il inscrit un nouveau chiffre sur le cahier, un chiffre toujours plus grand. Alors seulement, pour quelques instants il semble se détendre puis, bien vite, il repart dans son obsession –huit ans, pensez donc, docteur.

Sur ce comportement, qui à la longue affole, rien n’a prise, ni les distractions, ni les questions, ni les supplications, ni les réprimandes même.

Attentif aux réactions de son fils le docteur Lenoir interroge madame Legendre.

- Non, il ne s’est rien passé de particulier, pas de maladie, pas de décès, pas de problèmes de situation, pas de dispute entre les parents.

A ces mots la voix de la mère se brise un si court instant que le docteur Lenoir se demande s’il ne l’a pas rêvé. Simplement, sans le vouloir, il a haussé le sourcil. Paul en tout cas semble ne rien avoir entendu, poursuivant sa secrète rumination.

La mère se reprend immédiatement.

- C’est curieux, c’est comme s’il n’arrêtait pas de compter

Le docteur Lenoir remarque un imperceptible cillement de Paul. Il demande à la mère de lui passer le cahier de son fils. Il regarde les chiffres, de plus en plus grands. Le dernier inscrit est 117 327. Tu dois en être à cent vingt mille au moins, dit le docteur Lenoir.

Paul prend le cahier et un stylo sur le bureau du médecin. Il inscrit 121 315. Il a l’air fier. Les deux adultes se regardent. L’inquiétude de la mère n’a plus de borne. Son fils doit être fou. Le docteur Lenoir perçoit son inquiétude. Elle n’a pas besoin de parler. Il ferme les yeux, écoute le silence entre eux trois. Il sent que c’est la mère qui aurait des choses à dire. Des choses sans doute qu’elle ne peut pas dire à son fils, qu’elle ne veut pas dire à son médecin de famille.

-Madame, Paul vous dit que malgré vos difficultés il est votre fils, et qu’il compte pour vous.

Soudain l’enfant se détend et se tourne vers sa mère en souriant.


_uacct = "UA-1121645-1";
urchinTracker();>
Lien

Annuaire des blogs - Dictionnaire des reves - Annuaire féminin http://www.les-blogs.info/gestion/in.php?url_id=945

6 commentaires:

Farfalino a dit…

J'imagine de prendre au mot la devise des Enfoirés : "On compte sur vous" :)

Anonyme a dit…

Il y a bien des manières de compter en somme!
Arthur

Alainx a dit…

JE dois dire que ce petit "compte" m'a biem amusé + + + !

Ondine a dit…

Ce petit texte m'a beaucoup touchée quand je l'ai lu... J'aime bien cette façon d'associer le pouvoir des mots à ceux des chiffres.

P.-S. Je connaissais ton site, je me suis même abonnée à tes mises à jour! ;-)

selva a dit…

salut arthur, moi aussi j'ai déja circulé un peu sur ton espace
; en principe le questionnaire est en haut de la page ou tu as laissé un com mais il y a des tas de spams qui se sont rajoutés, il faudrait que je les enlève; voili, je suis dans le sud, et parfois dans les alpes...ou en voyage! à bientôt ici ou là, sur un blog ou l'autre;
bon je n'arrive pas à envoyer ce message, si ça se trouve tu vas le recevoir plusieurs fois.

mercedes a dit…

c'est très beau, vraiment